[SAGA DES STAGES] Louis, chef de projet chez Big Family

A l’ISEG Strasbourg depuis la première année, Louis a reconduit une expérience chez Big Family en tant que chef de projet.

 

Hello Louis ! Comment se passe ton stage ?

Hello ! Je vais te faire une réponse inédite : « mon stage se passe bien » ! Plus sérieusement, c’est très enrichissant, diversifié et responsabilisant donc forcément je ne peux qu’en profiter et me donner à fond !

Quelles sont tes missions ?

Cette année je peux dire que je suis chef de projet junior  ! C’est-à-dire plus concrètement que je m’occupe de projets événementiels de A à Z, de la prise du brief à la réalisation de l’évent. Cette démarche me plait tout particulièrement car elle me permet de voir concrètement le fruit de mon travail.
Mes missions sont donc très variées, il y a de la préparation de plannings, du contact de prestataires, de la relation clients, une part plus créative pour la création ou la recherche d’animations pour mes événements, et forcément la partie plus commerciale puisqu’il faut bien parler de devis, chiffres et factures pour réaliser un bel évent !

Il me semble que Big Family et toi c’est une longue histoire ?

C’est bel et bien une longue histoire… Tout a commencé en Août 2016, je devais à l’époque, juste faire 2 semaines dans la partie communication de l’agence. Au final cela s’est mieux passé que prévu et j’ai été prolongé pour 2 semaines supplémentaires avec à la clé une option sur mon stage de deuxième année qui se déroulerait dans la partie événementielle de l’agence.
J’ai donc fait mon premier stage obligatoire à Big Family Event. Ça s’est encore une fois très bien passé pour changer, événements à Prague, Paris, Val Thorens… Le bon stage quoi ! Et pour continuer ils m’ont recontacté plusieurs fois au cours de l’année pour retourner travailler en parallèle de mes cours quand il y a besoin d’aide. C’est pourquoi ils m’ont rappelé encore une fois cette année.

Les avantages de cette longue histoire c’est notamment les responsabilités et l’ambiance de travail. Avec toutes ces heures travaillées au sein de cette agence les relations sont aujourd’hui complètement différentes, je n’ai pas eu à être « le stagiaire » avec le bureau derrière la porte des toilettes responsables cafés et photocopies. Je me sens vraiment comme un membre de l’équipe et c’est pour moi quelque chose d’important car en plus d’avoir une ambiance de travail plus agréable, on me confie mes dossiers, on me laisse en autonomie, il y a une vraie relation de confiance qui permet d’aller plus loin et de pouvoir se tester « sans filet ».

Comment vient-il en complément de tes cours à l’ISEG ?

Je vais ressortir ma bonne vieille métaphore du livre dans la tête. Les cours et connaissances sont une base essentielle qu’il faut avoir, c’est le fameux « livre dans la tête ». Mais avoir le Larousse Illustré dans la tête ne sert à rien si on ne sait pas appliquer ces connaissances.

Là-dessus l’école nous permet déjà de les appliquer au travers des projets (Project Week, 24H Chrono, Workshop…) mais le stage c’est encore autre chose, c’est pour moi le complément « vraie vie » des cours à l’ISEG. En entreprise il n’y a pas cette sécurité, si on rate la Project Week on a un 10 (mais si on gagne le concours d’ambassadeurs ça va) alors qu’en entreprise il y a une pression supplémentaire, si on se rate on peut faire perdre un contrat et donc de l’argent à l’entreprise. Le stage vient donc en complément des cours de l’ISEG pour nous permettre de transposer nos compétences dans un contexte différent de celui de l’école. Un test grandeur nature en quelque sorte.

Un conseil à donner ?

Mettre les céréales avant le lait.

À part ce conseil primordial, je dirais qu’il ne faut pas hésiter à dire quand on est bloqué dans une mission ou qu’on ne comprend pas quelque chose. Mieux vaut poser une question que de rester figé sur un obstacle à perdre du temps.

Merci à toi pour cette interview !